Al Hassan case: Appeals Chamber confirms the decision on possible re-characterisation of alleged facts

SUBSCRIBE on Youtube:

Today, 1 July 2021, the Appeals Chamber of the International Criminal Court (“ICC” or the “Court”) delivered its judgment unanimously confirming the decision of Trial Chamber X of 17 December 2020 entitled “Decision on application for notice of possibility of variation of legal characterisation pursuant to Regulation 55(2) of the Regulations of the Court” in the case the Prosecutor v. Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud. Presiding Judge in this appeal, Judge Luz del Carmen Ibáñez Carranza read a summary of the judgment in open session.

The Appeals Chamber considered the two grounds of appeal submitted by the Defence. On the first ground, the Appeals Chamber recalled that the Trial Chamber considered, inter alia, acts of sexual violence committed against four victims, included in the confirmed charge of persecution and that the Prosecutor sought notice of a possible re-characterisation so that these acts could also be considered as torture, cruel treatment and other crimes related to the detention of those four victims. The Trial Chamber found it unnecessary to do so, as similar acts against the same victims were already included in other confirmed charges. The Appeals Chamber found an error in so far as the Trial Chamber considered that it needed not apply regulation 55(2) of the Regulations to give notice of this possible change to the accused person. However, the Appeals Chamber was not satisfied that the Trial Chamber’s Decision would have been substantially different if the Trial Chamber had not committed the error, because the possible new charges are closely linked to existing charges, and because this decision was rendered at an early stage of the proceedings, allowing the Defence to adapt its strategy as necessary in relation to this possible modification of the charges, while there is no indication that the Trial Chamber disregarded Mr Al Hassan’s right to time and facilities for the preparation of his defence. Thus, the Appeals Chamber concluded that this error did not materially affect the decision under appeal.

Under the second ground of appeal the Defence challenged the Trial Chamber’s decision to give notice of a possible legal re-characterisation with respect to seven police reports allegedly drafted or signed by Mr Al Hassan and relied upon by the Islamic Tribunal to pass sentences. Those reports were not included in the Pre-Trial Chamber’s decision confirming the charges against the accused and referring him to a trial before the Trial Chamber. The Appeals Chamber stated that the Pre-Trial Chamber plays a role of gatekeeper in ensuring that there is a case worthy of trial and to define the parameters of the subject matter of that trial, while taking into account the need to proceed expeditiously so as not to cause undue delay to the proceedings as a whole. The Appeals Chamber clarified that, as the Pre-trial chamber’s task is to determine the parameters of the charges, it remains for the Trial Chamber to assess the individual factual allegations within the scope of the charges. The Appeals Chamber found that the Trial Chamber did not exceed the ‘facts and circumstances’ described in the charges in giving notice in relation to these reports, as the charges against him include the allegation that Mr Al Hassan contributed to the alleged crimes by serving an important role in his position during the relevant period.

In conclusion, the Appeals Chamber decided by unanimity to confirm the Trial Chamber’s decision.

Judgment on the appeal of Mr Al Hassan against the decision of Trial Chamber X entitled ‘Decision on application for notice of possibility of variation of legal characterisation pursuant to Regulation 55(2) of the Regulations of the Court’

Summary of the judgment

Background: The trial in the case of Mr Al Hassan opened on 14 July 2020. The accused was transferred to the ICC on 31 March 2018 following a warrant of arrest issued by the Pre-Trial Chamber on 27 March 2018 for war crimes and crimes against humanity. The confirmation of charges hearing took place from 8 to 17 July 2019. On 30 September 2019, Pre-Trial Chamber I issued a confidential decision confirming the charges of war crimes and crimes against humanity brought by the Prosecutor against Mr Al Hassan and committed him to trial. The redacted version of the decision was published on 13 November 2019. On 23 April 2020, Pre-Trial Chamber I issued a confidential decision partially granting the Prosecutor’s request to modify the charges against Mr Al Hassan; the redacted version of this decision was made public on 11 May 2020.


For further information, please contact Fadi El Abdallah, Spokesperson and Head of Public Affairs Unit, International Criminal Court, by telephone at: +31 (0)70 515-9152 or +31 (0)6 46448938 or by e-mail at: fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

You can also follow the Court’s activities on TwitterFacebookTumblrYouTubeInstagram and Flickr


Communiqué de presse : 01.07.2021

Affaire Al Hassan : la Chambre d’appel confirme la décision sur une possible requalification de faits allégués

210701-al-hassan-appeals-judgment-main

Aujourd’hui, le 1er juillet 2021, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (« CPI » ou la « Cour ») a rendu son arrêt confirmant à l’unanimité la décision de la Chambre de première instance X datée du 17 décembre 2020 relative à la requête aux fins d’une notification sur une possible modification de la qualification juridique conformément à la Norme 55(2) du Règlement de la Cour dans l’affaire Le Procureur c. Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud. Le juge président dans cet appel, Mme la juge Luz del Carmen Ibáñez Carranza, a lu un résumé de l’arrêt en audience publique.

La Chambre d’appel a examiné les deux moyens d’appel présentés par la Défense. Pour le premier moyen, la Chambre d’appel a rappelé que la Chambre de première instance avait examiné, entre autres, les actes de violence sexuelle commis contre quatre victimes, inclus dans le chef d’accusation confirmé de persécution, et que le Procureur avait demandé une notification d’une possible requalification afin que ces actes puissent être également considérés comme des actes de torture, de traitement cruel et d’autres crimes liés à la détention de ces quatre victimes. La Chambre de première instance a jugé inutile de le faire, étant donné que des actes similaires contre les mêmes victimes étaient déjà inclus dans d’autres charges confirmées. La Chambre d’appel a constaté une erreur dans la mesure où la Chambre de première instance a estimé qu’elle n’avait pas besoin d’appliquer la Norme 55(2) pour notifier cette éventuelle modification à l’accusé. Cependant, la Chambre d’appel n’était pas convaincue que la décision de la Chambre de première instance aurait été substantiellement différente si la Chambre de première instance n’avait pas commis l’erreur, car les éventuelles nouvelles charges sont étroitement liées aux charges existantes, et parce que cette décision a été rendue à un stade précoce de la procédure, permettant à la Défense d’adapter sa stratégie si nécessaire par rapport à cette possible modification des charges, alors que rien n’indique que la Chambre de première instance ait méconnu le droit de M. Al Hassan au temps et aux facilités pour la préparation de sa défense. Ainsi, la Chambre d’appel a conclu que cette erreur n’affectait pas matériellement la décision en appel.

Dans le cadre du deuxième moyen d’appel, la Défense a contesté la décision de la Chambre de première instance de notifier une possible requalification juridique concernant sept rapports de police qui auraient été rédigés ou signés par M. Al Hassan et sur lesquels le Tribunal islamique s’étaient appuyé pour prononcer des sentences. Ces rapports n’ont pas été inclus dans la décision de la Chambre préliminaire confirmant les charges contre l’accusé et le renvoyant en procès devant la Chambre de première instance. La Chambre d’appel a indiqué que la Chambre préliminaire joue un rôle de gardien en s’assurant qu’il existe une affaire digne d’être jugée en procès et en définissant les paramètres de l’objet de ce procès, tout en tenant compte de la nécessité de procéder rapidement afin de ne pas causer de retard injustifié dans les procédures dans leur ensemble. La Chambre d’appel a précisé que, la tâche de la Chambre préliminaire étant de déterminer les paramètres des charges, il appartient à la Chambre de première instance d’évaluer les allégations factuelles individuelles dans le cadre des charges. La Chambre d’appel a estimé que la Chambre de première instance n’avait pas outrepassé les « faits et circonstances » décrits dans les charges en notifiant ces rapports, car les charges retenues contre lui incluent l’allégation selon laquelle M. Al Hassan a contribué aux crimes allégués en ayant un rôle important dans ses fonctions pendant la période pertinente.

En conclusion, la Chambre d’appel a décidé à l’unanimité de confirmer la décision de la Chambre de première instance.

Judgment on the appeal of Mr Al Hassan against the decision of Trial Chamber X entitled ‘Decision on application for notice of possibility of variation of legal characterisation pursuant to Regulation 55(2) of the Regulations of the Court’

Résumé de l’arrêt (en anglais)

Contexte : Le procès dans l’affaire Al Hassan s’est ouvert le 14 juillet 2020. Le mandat d’arrêt à l’encontre d’Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud a été délivré par la Chambre préliminaire le 27 mars 2018 et il a été remis à la CPI le 31 mars 2018. L’audience de confirmation des charges a eu lieu du 8 au 17 juillet 2019. Le 30 septembre 2019, la Chambre préliminaire I a rendu une décision confidentielle confirmant les charges de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité portées à l’encontre de M. Al Hassan et a renvoyé l’affaire en procès. La version expurgée de cette décision a été publiée le 13 novembre 2019. Le 23 avril 2020, la Chambre préliminaire I a rendu une décision confidentielle accordant en partie la demande du Procureur de modifier les charges à l’encontre de M. Al Hassan ; la version expurgée de cette décision a été rendue publique le 11 mai 2020.


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l’Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l’adresse fadi.el-abdallah@icc-cpi.int.

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur TwitterFacebookTumblrYouTubeInstagram et Flickr