Dominic Ongwen Declared Guilty of war Crimes and Crimes Against Humanity Committed in Uganda

SUBSCRIBE on Youtube:

Today, 4 February 2021, Trial Chamber IX of the International Criminal Court (“ICC” or “Court”) found Dominic Ongwen guilty for a total of 61 comprising crimes against humanity and war crimes, committed in Northern Uganda between 1 July 2002 and 31 December 2005. The verdict may be appealed by either party to the proceedings within 30 days after the notification of the Judgment.

ICC Trial Chamber IX, composed of Judge Bertram Schmitt, Presiding Judge, Judge Péter Kovács and Judge Raul Cano Pangalangan, analysed the evidence submitted and discussed before it at trial and found, beyond any reasonable doubt, that Mr Ongwen is guilty of the following crimes:

  • attacks against the civilian population as such, murder, attempted murder, torture, enslavement, outrages upon personal dignity, pillaging, destruction of property and persecution; committed in the context of the four specified attacks on the Internally Displaced Persons camps (“IDP camps”)  Pajule (10 October 2003), Odek (29 April 2004), Lukodi (on or about 19 May 2004) and Abok (8 June 2004);
  • sexual and gender based crimes, namely, forced marriage, torture, rape, sexual slavery, enslavement, forced pregnancy and outrages upon personal dignity he committed against seven women (whose names and individual stories are specified in the judgment) who were abducted and placed into his household;
  • A number of further sexual and gender based crimes he committed against girls and women within the Sinia brigade, namely forced marriage, torture, rape, sexual slavery and enslavement; and
  • The crime of conscripting children under the age of 15 into the Sinia brigade and using them to participate actively in hostilities.

The Chamber found that these crimes were committed in the context of the armed rebellion of the Lord’s Resistance Army (LRA)against the government of Uganda. The LRA, including Dominic Ongwen, perceived as associated with the government of Uganda, and thus as the enemy, the civilians living in Northern Uganda. This concerned in particular those who lived in government-established IDP camps.

The Chamber found that Dominic Ongwen is fully responsible for all these crimes. The Chamber did not find evidence that supported the claim that he suffered from any mental disease or disorder during the period relevant to the charges or that he committed these crimes under duress or under any threats.

Following this verdict, the Chamber will impose on Dominic Ongwen the sentence for the crimes of which he has been convicted. For this purpose, it will receive submissions on the appropriate sentence by the Prosecutor, the Defence for Dominic Ongwen and the legal representatives of the participating victims. A decision in this regard, including as concerns the timeline of the proceedings leading to the imposition of the sentence, has also been issued by the Chamber today. The ICC’s founding treaty, the Rome Statute, does not provide for a death penalty; the sentence may be up to 30 years of imprisonment (and under exceptional circumstances a life imprisonment) and/or a fine. Furthermore, a phase dedicated to the reparations to victims will be opened. 

20210204-Ongwen-verdict-002

Judges of ICC Trial Chamber IX pronouncing the verdict against Dominic Ongwen on 4 February 2021 ©ICC-CPI

Background: The trial in this case opened on 6 December 2016. The Prosecution and the Defence have completed the presentation of their evidence. The Legal Representatives of Victims also called witnesses to appear before the Chamber. On 12 December 2019, the Presiding Judge declared the closure of the submission of evidence in the case. The closing briefs were filed on 24 February 2020. The closing statements took place from 10 to 12 March 2020.

Over the course of 234 hearings, the Office of the ICC Prosecutor, Fatou Bensouda, presented a total of 109 witnesses and experts, the Defence team lead by Krispus Ayena Odongo presented a total of 63 witnesses and experts  and 7 witnesses and experts were called by the Legal Representatives of the Victims participating in the proceedings. The judges ensured the respect of the rights guaranteed by the Rome Statute to each of the parties, including the right to question the witnesses.

A total of 4095 victims, represented by their legal counsels Joseph Akwenyu Manoba, and Francisco Cox, as well as Paolina Massidda, respectively, have been granted the right to participate in the proceedings. They have expressed their position on matters heard before the Chamber and were authorised to examine witnesses on specific issues.

The Trial Chamber issued 70 oral decisions, and 506 written decisions during the trial phase of the proceedings. The total case record, consisting of the filings of the parties and participants and the Chamber’s decision, currently includes more than 1760 filings.

For further information on this case, please click here.

Trial Judgment

Decision scheduling a hearing on sentence and setting the related procedural calendar

Summary of the verdict read in Court

Questions and Answers on the verdict: English; Français

Photographs of the hearing

Audio-visual materials:

Ask The Court: Verdict in the Ongwen case at the ICC

For further information, please contact Fadi El Abdallah, Spokesperson and Head of Public Affairs Unit, International Criminal Court, by telephone at: +31 (0)70 515-9152 or +31 (0)6 46448938 or by e-mail at: publicaffairs.unit@icc-cpi.int

You can also follow the Court’s activities on TwitterFacebookTumblrYouTube and Flickr


Communiqué de presse : 04.02.2021

Dominic Ongwen déclaré coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis en Ouganda 

20210204-Ongwen-verdict-027

Dominic Ongwen lors du prononcé du verdict devant la Cour pénale internationale le 4 février 2021 ©ICC-CPI

Aujourd’hui, le 4 février 2021, la Chambre de première instance IX de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a déclaré Dominic Ongwen coupable d’un total de 61 crimes contre l’humanité et crimes de guerre, commis dans le nord de l’Ouganda entre le 1er  juillet 2002 et le 31 décembre 2005. Le verdict peut faire l’objet d’un appel par l’une ou l’autre des parties à la procédure dans les 30 jours suivant la notification du jugement.

La Chambre de première instance IX de la CPI, composée du juge Bertram Schmitt, juge président, du juge Péter Kovács et du juge Raul Cano Pangalangan, a analysé les éléments de preuve présentés et discutés devant elle au cours du procès et a conclu, au-delà de tout doute raisonnable, que M. Ongwen était coupable des crimes suivants :

  • D’attaques lancées contre la population civile en tant que telle, de meurtre, de tentative de meurtre, de torture, d’esclavage, d’atteinte à la dignité de la personne, de pillage, de destruction de biens et de persécution, commis dans le contexte de quatre attaques spécifiques contre les camps de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (« camps de déplacés ») de Pajule (le 10 octobre 2003), Odek (le 29 avril 2004), Lukodi (le 19 mai 2004 ou vers cette date) et Abok (le 8 juin 2004) ;
  • De crimes sexuels et à caractère sexiste, à savoir, le mariage forcé, la torture, le viol, l’esclavage sexuel, la réduction en esclavage, la grossesse forcée et l’atteinte à la dignité de la personne qu’il a commis contre sept femmes (dont les noms et les histoires individuelles sont précisés dans le jugement) qui ont été enlevées et placées dans son foyer ;
  • D’un certain nombre d’autres crimes sexuels et à caractère sexiste qu’il a commis contre des filles et des femmes au sein de la brigade Sinia, à savoir le mariage forcé, la torture, le viol, l’esclavage sexuel et la réduction en esclavage ; et
  • Du crime de conscription et d’utilisation d’enfants de moins de 15 ans dans la brigade Sinia pour les faire participer activement aux hostilités.

La Chambre a conclu que ces crimes avaient été commis dans le contexte de la rébellion armée de l’Armée de résistance du Seigneur (ARS) contre le gouvernement ougandais. L’ARS, y compris Dominic Ongwen, percevaient les civils vivant dans le nord de l’Ouganda comme associés au gouvernement ougandais, et donc comme l’ennemi. Cela concernait en particulier ceux qui vivaient dans des camps de déplacés établis par le gouvernement.

La Chambre a conclu que Dominic Ongwen était pleinement responsable de tous ces crimes. La Chambre n’a pas trouvé d’éléments de preuve à l’appui de l’allégation selon laquelle il souffrait d’une maladie ou d’un trouble mental au cours de la période visée dans les charges ou qu’il aurait commis ces crimes sous la contrainte ou sous des menaces.

Suite à ce verdict, la Chambre imposera à Dominic Ongwen une peine pour les crimes dont il a été reconnu coupable. À cette fin, elle recevra les observations sur la peine appropriée du Procureur, de la Défense de Dominic Ongwen et des représentants légaux des victimes participantes. Une décision à cet égard, notamment concernant le calendrier de la procédure menant au prononcé de la peine, a également été rendue par la Chambre aujourd’hui. Le traité fondateur de la CPI, le Statut de Rome, ne prévoit pas de peine de mort ; la peine peut aller jusqu’à 30 ans d’emprisonnement (et dans des circonstances exceptionnelles une peine d’emprisonnement à perpétuité) et / ou une amende. Par ailleurs, une phase dédiée aux réparations pour les victimes sera ouverte.

20210204-Ongwen-verdict-002

Les juges de la Chambre de première instance IX de la CPI prononçant le verdict à l’encontre de Dominic Ongwen le 4 février 2021 ©ICC-CPI

Contexte : Le procès dans cette affaire s’est ouvert le 6 décembre 2016. L’Accusation et la Défense ont terminé la présentation de leurs éléments de preuve. Les Représentants légaux des victimes ont également appelé des témoins à comparaître devant la Chambre. Le 12 décembre 2019, le juge président a déclaré la clôture de la présentation des preuves dans l’affaire. Les mémoires de clôture dans cette affaire ont été déposés le 24 février 2020. Les conclusions orales ont eu lieu du 10 au 12 mars 2020.

Au cours de 234 audiences, le Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, a présenté 109 témoins et experts, l’équipe de la Défense dirigée par Maître Krispus Ayena Odongo a présenté 63 témoins et experts, et 7 témoins et experts ont été appelés par les Représentants légaux des victimes participant à la procédure. Les juges ont assuré le respect des droits garantis par le Statut de Rome à chacune des parties, y compris le droit d’interroger des témoins.

Au total, 4 095 victimes, représentées par leurs avocats, Maîtres Joseph Akwenyu Manoba et Francisco Cox, ainsi que Maître Paolina Massidda, respectivement, ont été autorisées à participer à la procédure. Elles ont exprimé leurs vues sur des questions dont est saisie la Chambre et elles ont reçu l’autorisation d’interroger des témoins sur des points spécifiques.

La Chambre de première instance a rendu 70 décisions orales et 506 décisions écrites pendant la phase du procès. Le dossier complet de l’affaire, qui contient les écritures des parties et des participants ainsi que les décisions de la Chambre, comprend actuellement plus de 1 760 documents.

Pour plus d’information sur cette affaire, veuillez cliquer ici.

Trial Judgment

Decision scheduling a hearing on sentence and setting the related procedural calendar

Résumé du jugement lu en audience (en anglais)

Questions et Réponses sur le verdict : français; anglais

Photographies de l’audience

Documents audiovisuels:

Demandez à la Cour : verdict dans l’affaire Ongwen à la CPI (en anglais)


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l’Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l’adresse fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur TwitterFacebookTumblrYouTube, Instagram et Flickr


This message contains information that may be privileged or confidential and is the property of the International Criminal Court. It is intended only for the person to whom it is addressed. If you are not the intended recipient, you are not authorized by the owner of the information to read, print, retain copy, disseminate, distribute, or use this message or any part hereof. If you receive this message in error, please notify the sender immediately and delete this message and all copies hereof.
Les informations contenues dans ce message peuvent être confidentielles ou soumises au secret professionnel et elles sont la propriété de la Cour pénale internationale. Ce message n’est destiné qu’à la personne à laquelle il est adressé. Si vous n’êtes pas le destinataire voulu, le propriétaire des informations ne vous autorise pas à lire, imprimer, copier, diffuser, distribuer ou utiliser ce message, pas même en partie. Si vous avez reçu ce message par erreur, veuillez prévenir l’expéditeur immédiatement et effacer ce message et toutes les copies qui en auraient été faites.