Dominic Ongwen sentenced to 25 years of imprisonment

SUBSCRIBE on Youtube:

Dominic Ongwen during the delivery of the sentence before the International Criminal Court on 6 May 2021 ©ICC-CPI

Today, 6 May 2021, Trial Chamber IX of the International Criminal Court (“ICC” or “Court”) sentenced Dominic Ongwen to 25 years of imprisonment following the Trial Judgment in which the Chamber found him guilty for a total of 61 crimes comprising crimes against humanity and war crimes, committed in Northern Uganda between 1 July 2002 and 31 December 2005. The period of his detention between 4 January 2015 and 6 May 2021, will be deducted from the total time of imprisonment imposed on him. The sentence may be appealed before the ICC Appeals Chamber by either party to the proceedings.

Judge Bertram Schmitt, Presiding Judge, read a summary of the Chamber’s decision. He highlighted that the Chamber was confronted in the present case with a unique situation. It is confronted with a perpetrator who wilfully and lucidly brought tremendous suffering upon his victims. However, it is also confronted with a perpetrator who himself had previously endured extreme suffering himself at the hands of the group of which he later became a prominent member and leader.

The Chamber decided to give certain weight in mitigation to the circumstances of Dominic Ongwen’s childhood, his abduction by the Lord’s Resistance Army (LRA) at a very young age and his early stay with the LRA.

The Chamber rejected the Defence’s arguments, recalling its analysis of evidence in the Judgment issued on 4 February 2021, and considered that the mitigating circumstances of substantially diminished mental capacity and duress are not applicable.

The Chamber also rejected the arguments of the Defence concerning traditional justice mechanisms, noting that there exists no possibility under the Statute to replace a term of imprisonment with traditional justice mechanisms, or to incorporate traditional justice mechanisms into the sentence in any other way.  It also noted that Acholi traditional justice mechanisms are not in widespread use, to the extent that they would replace formal justice, and that they are reserved to members of the Acholi community, meaning that their use would mean that some victims belonging to other ethnic groups would be excluded. The Chamber emphasised that reconciliation, whatever its form, is a process in which victim participation is essential, and noted that it is clear that many victims of the crimes committed by Dominic Ongwen do not support the idea of traditional justice in the present case, and that they have also criticised the fact that submissions in this regard were made to the Chamber without consulting them. 

The Chamber analysed one-by-one the gravity of each of the 61 crimes for which Dominic Ongwen was convicted, finding several aggravating circumstances applicable to some or even most crimes. Aggravating circumstances included particular cruelty, multiplicity of victims, the victims being particularly defenceless, and discrimination on political grounds and discrimination against women. The Chamber imposed individual sentences for each crime, taking the mitigating circumstance of Dominic Ongwen’s childhood and abduction by the LRA into due account. The highest individual sentences were of 20 years. Other sentences pronounced for individual crimes were of 14 or 8 years of imprisonment.

20210506-ongwen-sentence-002

Judges of ICC Trial Chamber IX pronouncing the sentence against Dominic Ongwen on 6 May 2021 ©ICC-CPI

In its determination of the joint sentence for all the crimes for which Dominic Ongwen was convicted, the Chamber declined to sentence Dominic Ongwen to life imprisonment, considering his individual circumstances and in order to envisage a concrete prospect for Dominic Ongwen to eventually re-build his life.

The Chamber then, by majority, decided to impose a joint sentence of 25 years of imprisonment. The Majority, composed of Judge Bertram Schmitt and Judge Péter Kovács, is of the view that this joint sentence adequately reflects the strongest condemnation by the international community of the crimes committed by Dominic Ongwen and acknowledges the great harm and suffering caused to the victims. At the same time, the Majority held that such a joint sentence acknowledges Dominic Ongwen’s unique personal history and safeguards the prospect of his successful social rehabilitation and, consequently, the concrete possibility of future re-integration into society. Judge Raul Cano Pangalangan appended a partly dissenting opinion on this matter as he would have sentenced Dominic Ongwen to a total period of imprisonment of 30 years.

The Chamber also issued today an order for submissions on reparations. It emphasised that the right of victims to reparations is also an essential part of the system of justice at the Court, and stated that it will push forward the reparation stage of the proceedings with vigour and the utmost care.

Background: The trial in this case opened on 6 December 2016. On 4 February 2021, the Chamber delivered its judgment pursuant to Article 74 of the Statute, convicting Dominic Ongwen of a total of 61 crimes comprising crimes against humanity and war crimes. On the same day, the Chamber decided to hold a hearing under Article 76(2) of the Statute, in the presence of Dominic Ongwen, his defence counsel, representatives of the Office of the Prosecutor (“Prosecution”) and the legal participants of the victims participating in the proceedings, to hear further submissions and any additional evidence relevant to the appropriate sentence to be imposed on Dominic Ongwen. Additional evidence was submitted by the Defence, whereas the Prosecution and the legal representatives of the participating victims chose not to present any additional evidence. On 14 and 15 April 2021, the Chamber held a hearing on sentence under Article 76(2) of the Statute in the presence of the Prosecution, Dominic Ongwen and his Defence and both teams of the legal representatives of the participating victims.

A total of 4095 victims, represented by their legal counsels Joseph Akwenyu Manoba, and Francisco Cox, as well as Paolina Massidda, respectively, have been granted the right to participate in the proceedings.

The Trial Chamber issued 70 oral decisions, and 528 written decisions up until the issuance of the sentence. The total case record, consisting of the filings of the parties and participants and the Chamber’s decision, currently includes more than 1810 filings.

For further information on this case, please click here

Questions and Answers on the sentence: English; Français

Audio-visual materials:

Sentence in the Ongwen case, full hearing, 6 May 2021


For further information, please contact Fadi El Abdallah, Spokesperson and Head of Public Affairs Unit, International Criminal Court, by telephone at: +31 (0)70 515-9152 or +31 (0)6 46448938 or by e-mail at: publicaffairs.unit@icc-cpi.int

You can also follow the Court’s activities on TwitterFacebookTumblrYouTube and Flickr


Communiqué de presse : 06.05.2021

Dominic Ongwen condamné à 25 ans d’emprisonnement

20210506-ongwen-sentence-014

Dominic Ongwen lors du prononcé de la peine devant la Cour pénale internationale le 6 mai 2021 ©ICC-CPI

Aujourd’hui, le 6 mai 2021, la Chambre de première instance IX de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a condamné Dominic Ongwen à 25 ans d’emprisonnement à la suite du Jugement de première instance l’ayant déclaré coupable d’un total de 61 crimes contre l’humanité et crimes de guerre, commis dans le nord de l’Ouganda entre le 1er juillet 2002 et le 31 décembre 2005. La période de sa détention entre le 4 janvier 2015 et le 6 mai 2021 sera déduite de la durée totale de l’emprisonnement prononcé. La peine peut faire l’objet d’un appel devant la Chambre d’appel de la CPI par l’une ou l’autre des parties à la procédure.

Le juge Bertram Schmitt, juge président, a lu un résumé de la décision de la Chambre. Il a souligné que la Chambre a été confrontée dans cette affaire à une situation unique. Elle était confrontée à un auteur de crimes qui, volontairement et lucidement, a causé d’énormes souffrances à ses victimes. Cependant, elle était également confrontée à un auteur qui avait lui-même connu des souffrances extrêmes aux mains du groupe dont il est devenu plus tard un membre important et un commandant.

La Chambre a décidé d’accorder une certaine valeur atténuante aux circonstances de l’enfance de Dominic Ongwen, de son enlèvement par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) à un très jeune âge et de son activité précoce au sein de la LRA.

La Chambre a rejeté les arguments de la Défense, rappelant son analyse des éléments de preuve dans l’arrêt rendu le 4 février 2021, et a estimé que les circonstances atténuantes de la capacité mentale considérablement diminuée et de la contrainte ne sont pas applicables.

La Chambre a également rejeté les arguments de la Défense concernant les mécanismes de justice traditionnelle, notant qu’il n’existe aucune possibilité en vertu du Statut de Rome de remplacer une peine d’emprisonnement par des mécanismes de justice traditionnelle, ni d’incorporer des mécanismes de justice traditionnelle dans la peine d’une autre manière. Elle a également noté que les mécanismes de justice traditionnelle acholi ne sont pas largement utilisés, dans la mesure où ils remplaceraient la justice formelle, et qu’ils sont réservés aux membres de la communauté acholi, et ainsi que leur utilisation signifierait que certaines victimes appartenant à d’autres groupes en seraient exclues. La Chambre a souligné que la réconciliation, quelle que soit sa forme, est un processus dans lequel la participation des victimes est essentielle, et a noté qu’il est clair que de nombreuses victimes des crimes commis par Dominic Ongwen ne soutiennent pas l’idée de justice traditionnelle dans la présente affaire, et qu’elles ont également critiqué le fait que des observations à cet égard aient été faites à la Chambre sans les consulter.

La Chambre a analysé la gravité de chacun des 61 crimes pour lesquels Dominic Ongwen a été condamné, trouvant plusieurs circonstances aggravantes applicables à certains, voire à la plupart des crimes. Les circonstances aggravantes comprenaient la cruauté particulière, la multiplicité des victimes, les victimes étant particulièrement sans défense, la discrimination pour des motifs politiques et la discrimination à l’égard des femmes. La Chambre a prononcé des peines séparées pour chaque crime, en tenant dûment compte des circonstances atténuantes de l’enfance et de l’enlèvement de Dominic Ongwen par la LRA. Les peines individuelles les plus élevées étaient de 20 ans. Les autres peines prononcées pour les crimes individuels étaient de 14 ou 8 ans d’emprisonnement.

20210506-ongwen-sentence-002

Les juges de la Chambre de première instance IX de la CPI prononçant la peine à l’encontre de Dominic Ongwen le 6 mai 2021 ©ICC-CPI

Dans sa détermination de la peine unique totale pour tous les crimes pour lesquels Dominic Ongwen a été condamné, la Chambre a refusé de condamner Dominic Ongwen à une peine d’emprisonnement à perpétuité, compte tenu de sa situation personnelle et afin d’envisager une perspective concrète pour qu’il puisse éventuellement reconstruire sa vie.

La majorité de la Chambre, composée du juge Bertram Schmitt et du juge Péter Kovács, est d’avis que cette peine unique totale reflète de manière adéquate la condamnation la plus ferme par la communauté internationale des crimes commis par Dominic Ongwen et reconnaît le préjudice et les souffrances considérables causés aux victimes. En même temps, la majorité a estimé qu’une telle peine reconnaissait l’histoire personnelle unique de Dominic Ongwen et garantissait la perspective de sa réinsertion sociale réussie et, par conséquent, la possibilité concrète d’une future réintégration dans la société. Le juge Raul Cano Pangalangan a joint une opinion en partie dissidente sur cette question car il aurait condamné Dominic Ongwen à une peine totale d’emprisonnement de 30 ans.

La Chambre a également rendu aujourd’hui une ordonnance afin de recevoir des observations sur les réparations. Elle a souligné que le droit des victimes à des réparations est également un élément essentiel du système de justice de la Cour et a déclaré qu’elle fera avancer la phase de réparation avec soin et vigueur.

Contexte : Le procès dans cette affaire s’est ouvert le 6 décembre 2016. Le 4 février 2021, la Chambre a rendu son jugement conformément à l’article 74 du Statut de Rome, déclarant Dominic Ongwen coupable d’un total de 61 crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. Le même jour, la Chambre a décidé de tenir une audience au titre de l’article 76-2 du Statut, en présence de Dominic Ongwen, de son Conseil de la défense, de représentants du Bureau du Procureur (« l’Accusation ») et des Représentants légaux des victimes participant à la procédure, afin d’entendre d’autres observations et toute preuve supplémentaire pertinente à la peine appropriée à imposer à Dominic Ongwen. Des preuves supplémentaires ont été présentées par la Défense, tandis que l’Accusation et les Représentants légaux des victimes participantes ont choisi de ne pas présenter de preuves supplémentaires. Les 14 et 15 avril 2021, la Chambre a tenu une audience sur la peine au titre de l’article 76-2 du Statut en présence de l’Accusation, de Dominic Ongwen et de sa Défense et des deux équipes de Représentants légaux des victimes participantes.

Au total, 4 095 victimes, représentées par leurs avocats, Maîtres Joseph Akwenyu Manoba et Francisco Cox, ainsi que Maître Paolina Massidda, respectivement, ont été autorisées à participer à la procédure. 

La Chambre de première instance a rendu 70 décisions orales et 528 décisions écrites jusqu’au prononcé de la peine. Le dossier complet de l’affaire, qui contient les écritures des parties et des participants ainsi que les décisions de la Chambre, comprend actuellement plus de 1 810 documents.

Pour plus d’information sur cette affaire, veuillez cliquer ici.

Questions et Réponses sur la peine : français; anglais

Documents audiovisuels:

Prononcé de la peine dans l’affaire Ongwen, audience complète, 6 mai 2021


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l’Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l’adresse fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur TwitterFacebookTumblrYouTube, Instagram et Flickr