Gbagbo and Blé Goudé case: ICC Trial Chamber I files the written reasons of the acquittal

On 15 January 2019, Trial Chamber I of the International Criminal Court (“ICC” or “Court”), by majority, Judge Herrera Carbuccia dissenting, issued an oral decision acquitting Mr Laurent Gbagbo and Mr Charles Blé Goudé from all charges of crimes against humanity allegedly committed in Côte d’Ivoire in 2010 and 2011.

Today, 16 July 2019, Trial Chamber I issued its full reasons for the decision. The Majority, composed of Judge Tarfusser and Judge Henderson provided a detailed analysis of the evidence in Judge Henderson’s reasons (Annex B). Judge Tarfusser has also separately set out his reasons and additional reflections on the case (Annex A). The reasons for Judge Herrera Carbuccia’s dissenting opinion can be found in Annex C.

The Majority’s reasons, as set out in Annexes A and B, address and develop all the points noted in the Oral decision. In particular, the majority explains why, in its view, the Prosecutor

(i)         Has failed to demonstrate that there was a “common plan” to keep Mr Gbagbo in power, which included the commission of crimes against civilians;

(ii)        Has failed to demonstrate the existence of the alleged policy to attack a civilian population on the basis of the alleged patterns of violence and other circumstantial evidence cited in support;

(iii)       Has failed to demonstrate that the crimes as alleged in the charges were committed pursuant to or in furtherance of a State or organisational policy to attack the civilian population;

(iv)      Has failed to demonstrate that public speeches by Mr Gbagbo or Mr Blé Goudé constituted ordering, soliciting or inducing the alleged crimes or that either of the accused otherwise knowingly or intentionally contributed to the commission of such crimes.

In the view of the Majority, one of the fundamental flaws of the Prosecutor’s case was that it presented an unbalanced narrative, which was built around a unidimensional conception of the role of nationality, ethnicity, and religion (in the broadest sense) in Cote d’Ivoire in general and during the post-electoral crisis in particular and which ignored essential information without which it was not possible to fully understand what happened and certainly not what motivated key political actors in this case. Without making any findings in this regard, the Majority was of the view that the picture emerging from the evidence appeared to differ substantially from the one painted by the Prosecutor. The Majority also explains why it is of the view that the tendered evidence, most of which was circumstantial, was too weak to be capable of supporting the inferences the Prosecutor asked the Chamber to draw. 

As far as the five charged incidents are concerned, the Majority analysed the relevant evidence without putting into question the fact that crimes were committed and focused instead on whether it was possible to establish who was criminally responsible for those crimes. The Majority concluded, in this regard, that the available evidence did not support the allegation that the crimes were the result of a policy to target perceived political opponents. Furthermore, the Majority was not satisfied that the evidence relied upon by the Prosecutor was sufficient to establish a pattern of crimes from which such policy could be inferred.

In addition, in his concurring opinion, Judge Tarfusser focussed on some specific features of the case, including developments preceding the opening of the trial and before the Appeals Chamber following the acquittal; he also expressed criticism of the Prosecutor’s performance both at the investigative and prosecutorial stage, as well as of the Defence.

In her dissenting opinion, Judge Herrera Carbuccia found that there is sufficient evidence, if accepted, on which a reasonable Trial Chamber could convict Mr Gbagbo and Mr Blé Goudé for crimes against humanity of murder, attempted murder, rape, inhumane acts and persecution committed against the civilian population within the context of post-election violence in Côte d’Ivoire.

Mr Gbagbo and Mr Blé Goudé remain under conditional release pursuant to the Appeals Chamber’s decision of 1 February 2019.

Majority’s decision and annexes

Dissenting opinion of Judge Herrera Carbuccia

Question and Answers document

Ask the Court programme:

Audio: English, French

AV For viewing: English, French

AV For downloading: English, French

Background: The Prosecutor brought against Laurent Gbagbo and Charles Blé Goudé charges of crimes against humanity (murder, rape, other inhumane acts or – in the alternative – attempted murder, and persecution) allegedly committed in the context of post-electoral violence in Côte d’Ivoire between 16 December 2010 and 12 April 2011. 

Since the beginning of the trial on 28 January 2016, 231 hearing days were dedicated to the presentation of the Prosecutor’s evidence and 82 witnesses testified in court and through video link; thousands of documents were submitted into evidence, hundreds of motions, requests and decisions were filed. On 4 June 2018, the Chamber declared that that the presentation of the evidence of the Prosecutor was closed.

On 23 July 2018, Laurent Gbagbo’s Defense filed its “Requête de la Défense de Laurent Gbagbo afin qu’un jugement d’acquittement portant sur toutes les charges soit prononcé en faveur de Laurent Gbagbo et que sa mise en liberté immédiate soit ordonnée” (Defence Motion for acquittal and  immediate release). On 3 August 2018, the Defence of Charles Blé Goudé filed a No Case to Answer Motion. Hearings were held by the Chamber in October and November 2018 during which the Prosecution, the Legal Representatives of Victims and the two Defence teams presented their arguments regarding this Motion.

Further information on this case is available here

For further information, please contact Fadi El Abdallah, Spokesperson and Head of Public Affairs Unit, International Criminal Court, by telephone at: +31 (0)70 515-9152 or +31 (0)6 46448938 or by e-mail at: fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

You can also follow the Court’s activities on TwitterFacebookTumblrYouTube, Instagram and Flickr


Communiqué de presse : 16.07.2019

Affaire Gbagbo et Blé Goudé : La Chambre de première instance I de la CPI dépose l’exposé écrit des motifs de l’acquittement

Le 15 janvier 2019, la Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale a, à la majorité de ses membres (« la Majorité »), la juge Herrera Carbuccia étant en désaccord, rendu une décision orale par laquelle elle a acquitté Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l’humanité qui auraient été commis en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011.

Aujourd’hui, 16 juillet 2019, la Chambre de première instance I a présenté l’exposé détaillé des motifs de sa décision. La Majorité, composée des juges Tarfusser et Henderson, a présenté une analyse détaillée des éléments de preuve dans les motifs exposés par le juge Henderson (annexe B). Le juge Tarfusser a aussi présenté séparément ses motifs et autres réflexions sur l’affaire (annexe A). Les motifs de l’opinion dissidente de la juge Herrera Carbuccia figurent à l’annexe C.

Dans ses motifs, tels qu’exposés aux annexes A et B, la Majorité traite et approfondit tous les points soulevés dans la décision orale. En particulier, elle explique pourquoi, selon elle,

  1. le Procureur n’a pas démontré qu’il existait un « plan commun » destiné à maintenir Laurent Gbagbo au pouvoir et comprenant la commission de crimes à l’encontre de civils ;
  2. le Procureur n’a pas étayé l’allégation d’existence d’une politique ayant pour but d’attaquer une population civile, sur la base des modes opératoires récurrents auxquels auraient répondu les violences et des autres éléments de preuve indirects cités à l’appui de cette allégation ;
  3. le Procureur n’a pas démontré que les crimes tels qu’allégués dans les charges ont été commis en application ou dans la poursuite de la politique d’un État ou d’une organisation ayant pour but d’attaquer la population civile ;
  4. le Procureur n’a pas démontré que les discours prononcés en public par Laurent Gbagbo ou Charles Blé Goudé étaient constitutifs du fait d’ordonner, solliciter ou encourager la commission des crimes allégués, ni que l’un ou l’autre des accusés a contribué en connaissance de cause ou intentionnellement à la commission de tels crimes.

De l’avis de la Majorité, une des lacunes fondamentales du dossier du Procureur résidait dans la présentation d’un récit déséquilibré des faits, reposant sur une conception unidimensionnelle du rôle de la nationalité, de l’ethnicité, et de la religion (au sens le plus large) en Côte d’Ivoire en général, et pendant la crise postélectorale en particulier, et ne tenant pas compte d’informations essentielles sans lesquelles il n’était pas possible de comprendre pleinement ce qui s’est passé et certainement pas ce qui a motivé des acteurs politiques clés dans cette affaire. Sans tirer de conclusion à cet égard, la Majorité a jugé que ce qui ressortait des éléments de preuve apparaissait sensiblement différent du tableau brossé par le Procureur. Elle explique également pourquoi elle estime que les éléments de preuve produits, pour la plupart des preuves indirectes, étaient trop faibles pour étayer les déductions que le Procureur demandait à la Chambre de faire.

S’agissant des cinq événements visés dans les charges, la Majorité a analysé les éléments de preuve pertinents sans remettre en cause le fait que des crimes avaient été commis, se concentrant plutôt sur la question de savoir s’il était possible d’établir qui était pénalement responsable de ces crimes. Elle a conclu, à cet égard, que les éléments de preuve disponibles n’étayaient pas l’allégation selon laquelle les crimes en cause étaient le résultat d’une politique ayant pour but de prendre pour cible des personnes considérées comme des opposants politiques. En outre, elle n’a pas été convaincue que les éléments de preuve sur lesquels s’était fondé le Procureur étaient suffisants pour établir l’existence, dans le cadre de la commission des crimes, d’un mode opératoire récurrent dont pourrait être déduite l’existence d’une telle politique.

En outre, dans son opinion concordante, le juge Tarfusser a mis l’accent sur certaines caractéristiques de l’affaire, notamment certains faits de procédure survenus avant l’ouverture du procès en première instance et dans le cadre de l’appel consécutif à l’acquittement ; il a également critiqué la prestation du Procureur tant au stade des enquêtes qu’à celui des poursuites, ainsi que celle de la Défense.

Dans son opinion dissidente, la juge Herrera Carbuccia a conclu qu’il y avait des éléments de preuve suffisants qui, s’ils étaient admis, permettraient à une chambre de première instance raisonnable de déclarer Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé coupables des crimes contre l’humanité commis contre la population civile dans le contexte des violences postélectorales en Côte d’Ivoire (meurtre, tentative de meurtre, viol, actes inhumains et persécution).

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé restent en liberté sous conditions conformément à la décision rendue par la Chambre d’appel le 1er février 2019.

Décision de la Majorité et annexes

Opinion dissidente de la juge Herrera Carbuccia

Document de questions et réponses

Le Programme « Demandez à la Cour »

Audio : Français, Anglais

AV pour visionnage : Français, Anglais

AV pour téléchargement : Français, Anglais

Rappel des faits : Le Procureur a porté à l’encontre de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé des charges de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains, ou tentative de meurtre et persécution) qui auraient été commis dans le contexte des violences postélectorales en Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

Depuis l’ouverture du procès le 28 janvier 2016, 231 journées d’audience ont été consacrées à la présentation des moyens du Procureur, et 82 témoins ont déposé dans le prétoire et par liaison vidéo ; des milliers de documents ont été produits en preuve, des centaines de demandes, requêtes et décisions ont été déposées. Le 4 juin 2018, la Chambre a déclaré que la présentation des moyens à charge était terminée.

Le 23 juillet 2018 a vu le dépôt de la Requête de la Défense de Laurent Gbagbo afin qu’un jugement d’acquittement portant sur toutes les charges soit prononcé en faveur de Laurent Gbagbo et que sa mise en liberté immédiate soit ordonnée. Le 3 août 2018, la Défense de Charles Blé Goudé a déposé une requête en insuffisance des moyens à charge. En octobre et novembre 2018, la Chambre a tenu des audiences au cours desquelles l’Accusation, les représentants légaux des victimes et les deux équipes de la Défense ont présenté leurs arguments concernant ces requêtes.

Pour de plus amples informations sur cette affaire, veuillez cliquer ici.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l’Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, par téléphone au +31 (0)70 515-9152 ou au +31 (0)6 46448938, ou à l’adresse suivante : fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur TwitterFacebookTumblrYouTube, Instagram et Flickr