ICC: 18th session of the Assembly of States Parties opens in The Hague

Watch Animation on Youtube Free:

The eighteenth session of the Assembly of States Parties (ASP) to the Rome Statute of the International Criminal Court (ICC) opened today at the World Forum Convention Center in The Hague, The Netherlands. From 2 to 7 December 2019, States Parties to the Rome Statute, the Court’s founding treaty, observer States, invited States, international and regional organizations and representatives from civil society will discuss key challenges facing the Statute. States Parties will also make important decisions and adopt resolutions on key issues pertaining to the functioning of the Court and the Trust Fund for Victims, including in relation to their respective budgets, and on cooperation.

“This year the Assembly faces key decisions on the way forward in view of the anticipated review of the Court, one that would ultimately strengthen the Court and enable it to successfully confront the challenges that it faces today, twenty-one years after adoption of the Rome Statute”, said H.E. O-Gon Kwon, President of the Assembly of States Parties. “Notwithstanding the challenges, the Court continues to have strong renewed support as shown by the recent addition to the Rome Statute family with the accession of Kiribati on Tuesday, 26 November 2019. I sincerely congratulate Kiribati for taking this firm step in support of the fight against impunity. I also wish to express my appreciation for the strong support and efforts made by States Parties and civil society in promoting the Statute”, he added.

In his remarks, Judge Chile Eboe-Osuji, President of the ICC, underlined the Court’s crucial value in deterring atrocities, and said it had already had an effect in reducing election violence in several African countries. He urged all States Parties to do what is necessary to defend the ICC against ongoing threats made against the institution, and stressed that no one should take the Court’s existence for granted. “We must guard against complacency about the monumental achievement that we have in this Court. […] If the ICC had not been created when it was possible, it is highly unlikely that we could create it today, on the divided international stage that we are currently witnessing. Let us all cherish and protect this Court with the greatest zeal and passion”, President Eboe-Osuji stated.

In the tradition of past years, ICC Prosecutor Fatou Bensouda presented an overview of her Office’s activities, including successes and challenges faced. She outlined important judicial developments in a number of cases and situations before the Court. Prosecutor Bensouda highlighted that these developments are only the latest, visible outcomes stemming from her Office’s efforts over the past years to refine its investigation and prosecution strategies, and to strengthen its organisational capabilities, applying experiences and lessons learned. “The revised and refined approaches to investigations and prosecutions we have adopted since 2012 are producing tangible results”, stressed the Prosecutor.  Prosecutor Bensouda also echoed ICC President Eboe-Osuji’s call on States Parties and, other stakeholders committed to international criminal justice, to firmly stand by the Court when under attack. She emphasized that “it is precisely at times like these when international criminal justice and indeed efforts to address gross human rights violations are under assault; when we are witnessing a clash and crisis of fundamental values, that courage and conviction must guide our actions to protect our common values and goals as defined under the Rome Statute.” “The Court’s independence is sacrosanct and should never be allowed to be compromised”, she added.

H.E. Mr Felipe Michelini, Chair of the Board of Directors of the Trust Fund for Victims, stated: “The TFV Board of Directors is greatly encouraged to note the progress in delivering reparations awards to victims, in often challenging operational circumstances. We are committed to the further strengthening of the Fund’s performance and presence, towards making reparative justice a reality for victims and fulfilling the promise of the Rome Statute. Our ambitions will thrive on the guidance and strong support of the States Parties”.

The ICC, governed by the Rome Statute, is the world’s first permanent, treaty-based, international criminal court established to help end impunity for the perpetrators of the most serious crimes of concern to the international community, namely crimes against humanity, war crimes, genocide, and the crime of aggression. In accordance with article 112 of the Rome Statute, the Assembly is the management oversight and legislative body of the ICC. It is composed of representatives of the States that have ratified and acceded to the Rome Statute.

Report on the Activities of the International Criminal Court:

English |  Espa​ñol |  Français |  عربي

For further information, please contact Fadi El Abdallah, Spokesperson and Head of Public Affairs Unit, International Criminal Court, by telephone at: +31 (0)70 515-9152 or +31 (0)6 46448938 or by e-mail at: fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

You can also follow the Court’s activities on TwitterFacebookTumblrYouTube, Instagram and Flickr

Communiqué de presse : 02.12.2019

La 18ème session de l’Assemblée des États Parties s’ouvre à La Haye

©ICC-CPI

La dix-huitième session de l’Assemblée des États Parties (AEP) au Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) s’est ouverte aujourd’hui au World Forum Convention Center à La Haye, aux Pays-Bas. Du 2 au 7 décembre 2019, les États parties au Statut de Rome, le traité fondateur de la Cour, des États observateurs, des États invités, des organisations internationales et régionales ainsi que des représentants de la société civile débattront des principaux défis auxquels le Statut fait face. Les États parties prendront également des décisions importantes et adopteront des résolutions sur des questions essentielles relatives au fonctionnement de la Cour et du Fonds au profit des victimes, notamment concernant leurs budgets respectifs et la coopération.

« Cette année, l’Assemblée est confrontée à des décisions clés concernant la voie à suivre dans la perspective de la révision de la Cour, qui renforcerait la Cour et lui permettrait de relever avec succès les défis auxquels elle est confrontée aujourd’hui, vingt et un ans après l’adoption du Statut de Rome », a déclaré S.E. O-Gon Kwon, Président de l’Assemblée des États Parties. « Malgré les difficultés rencontrées, la Cour continue de bénéficier d’un soutien renouvelé, comme en témoigne l’ajout récent à la famille du Statut de Rome avec l’adhésion des Kiribati le mardi 26 novembre 2019. Je félicite sincèrement les Kiribati d’avoir pris cette mesure ferme en faveur de la lutte contre l’impunité. Je souhaite également exprimer ma gratitude pour le ferme soutien et les efforts déployés par les États parties et la société civile dans la promotion du Statut », a-t-il ajouté.

Dans son allocution, le juge Chile Eboe-Osuji, Président de la CPI, a souligné la valeur cruciale de la Cour pour dissuader les atrocités, et a déclaré que cela avait déjà permis de réduire les violence liées aux élections dans plusieurs pays africains. Il a exhorté tous les États parties à faire le nécessaire pour défendre la CPI face aux menaces constantes contre l’institution, et a souligné que personne ne devrait prendre l’existence de la Cour pour acquise. « Nous devons nous garder de toute complaisance à l’égard de la réalisation monumentale que nous avons dans cette Cour. […] Si la CPI n’avait pas été créée à un moment où cela était possible, il est hautement improbable que nous aurions pu la créer aujourd’hui, sur cette scène internationale divisée à laquelle nous assistons. Chérissons et protégeons cette Cour avec le plus grand zèle et avec la plus grande passion », a déclaré le Président Eboe-Osuji.

Dans la lignée des années passées, le Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, a présenté un aperçu des activités de son Bureau, y compris les succès et les défis rencontrés. Elle a décrit des développements judiciaires importants dans un certain nombre d’affaires et de situations devant la Cour. Le Procureur Bensouda a souligné que ces développements n’étaient que les résultats les plus récents et les plus visibles résultant des efforts déployés par son Bureau ces dernières années pour affiner ses stratégies en matière d’enquêtes et de poursuites, ainsi que pour renforcer ses capacités organisationnelles, en tenant compte des expériences et des enseignements tirés. « Les approches révisées et affinées en matière d’enquêtes et de poursuites que nous avons adoptées depuis 2012 produisent des résultats tangibles », a souligné le Procureur. Le Procureur Bensouda a également réitéré l’appel du Président Eboe-Osuji aux États parties, et aux autres parties prenantes engagées dans la justice pénale internationale, à apporter leur ferme soutien à Cour lorsque celle-ci est attaquée. Elle a souligné que « c’est précisément dans ces moments-là, lorsque la justice pénale internationale et les efforts visant à lutter contre les violations graves des droits de l’homme sont attaqués, et lorsque nous assistons à un conflit et à une crise de valeurs fondamentales, que le courage et la conviction doivent guider nos actions pour protéger nos valeurs et objectifs communs tels que définis dans le Statut de Rome ». « L’indépendance de la Cour est sacro-sainte et ne devrait jamais être compromise », a-t-elle ajouté.

S.E. M. Felipe Michelini, Président du Conseil de direction du Fonds au profit des victimes, a déclaré : « Le Conseil de direction du Fonds au profit des victimes se félicite des progrès accomplis dans l’octroi de réparations aux victimes, dans des conditions opérationnelles souvent difficiles. Nous sommes résolus à renforcer la performance et la présence du Fonds, en vue de faire de la justice réparatrice une réalité pour les victimes et à tenir la promesse du Statut de Rome. Nos ambitions se développeront grâce aux conseils et au ferme soutien des États parties ».

La CPI, régie par le Statut de Rome, est la première juridiction pénale internationale permanente établie en vertu d’un traité en vue d’aider à mettre fin à l’impunité des auteurs des crimes les plus graves touchants la communauté internationale, à savoir les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre, le génocide et le crime d’agression. Conformément à l’article 112 du Statut de Rome, l’Assemblée est l’organe législatif et de contrôle de la CPI. Il est composé des représentants des États qui ont ratifié le Statut de Rome et y ont adhéré.

Rapport sur les activités de la Cour pénale internationale: English |  Espa​ñol |  Français |  عربي


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l’Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l’adresse fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur TwitterFacebookTumblrYouTube, Instagram et Flickr