ICC Chief Prosecutor’s Statement on her request to open an investigation of the Situation in the Philippines

SUBSCRIBE on Youtube:

Today, I announce that the preliminary examination into the situation in the Republic of the Philippines (“the Philippines”) has concluded and that I have requested judicial authorisation to proceed with an investigation.

As I stated in December 2019, at the annual session of the Assembly of States Parties, before I end my term as Prosecutor of the International Criminal Court (“ICC” or the “Court”), I intend to reach determinations on all situations that have been under preliminary examination during my tenure, as far as I am able to do so in accordance with my obligations under the Rome Statute. In that statement, I also indicated the high likelihood that several preliminary examinations would progress to the investigative stage.

The situation in the Philippines has been under preliminary examination since 8 February 2018. During that time, my Office has been busy analysing a large amount of publicly available information and information provided to us under article 15 of the Statute. On the basis of that work, I have determined that there is a reasonable basis to believe that the crime against humanity of murder has been committed on the territory of the Philippines between 1 July 2016 and 16 March 2019 in the context of the Government of Philippines “war on drugs” campaign. The Office does not take a position on any government’s internal policies and initiatives intended to address the production, distribution and consumption of psychoactive substances within the parameters of the law and due process of law, and in the present case, it is duly acting strictly in accordance with its specific and clearly defined mandate and obligations under the Statute.  Following a thorough preliminary examination process, the available information indicates that members of the Philippine National Police, and others acting in concert with them, have unlawfully killed between several thousand and tens of thousands of civilians during that time. My Office has also reviewed information related to allegations of torture and other inhumane acts, and related events as early as 1 November 2011, the beginning of the Court’s jurisdiction in the Philippines, all of which we believe require investigation.

Aware of the complex operational challenges that will be faced by the Office if an investigation is authorised by the Pre-Trial Chamber, we have also been taking a number of measures to collect and preserve evidence, in anticipation of a possible investigation. These steps have been taken within the scope of the statutory powers entrusted to the Prosecutor by the Rome Statute at the preliminary examination stage, and where appropriate, we have sought and obtained judicial authorisation to do so. Indeed, in recent years, Pre-Trial Chambers of the Court have increasingly stressed the importance of utilising the full range of powers that may be available to the Court prior to the initiation of an investigation to preserve evidence and protect persons who may be at risk.  We have acted diligently in conformity with this judicial guidance.

Having reached this determination and implemented these measures, some of which were delayed by the onset of the global pandemic, on 12 April 2021, I notified the Presidency of my intention to file a request pursuant to article 15 of the Statute, which I proceeded to file on 24 May 2021. Today, I have filed a public redacted version of the request, in the interests of transparency and also to provide notice to the victims as foreseen in rule 50(1) of the Rules of Procedure and Evidence of the Court.

Although the withdrawal of the Philippines from the Rome Statute of the ICC took effect on 17 March 2019, as the Court has previously found in the context of the Burundi situation, the Court retains jurisdiction over crimes that are alleged to have occurred on the territory of that State during the period when it was a State Party to the Rome Statute. Moreover, these crimes are not subject to any statute of limitation.

My term as Prosecutor will end shortly. Any authorised investigation in the Philippines will fall to my able successor, Mr Karim Khan, to take forward.  In this context, it is clear that how the Office, under his leadership, will set priorities concerning this investigation will need to take into account the operational challenges arising from the continuing pandemic, the severe limitations on the ICC’s available resources, and the Office’s current heavy work commitments. Indeed, these considerations have been a key component of the discussions I have had with my successor, respecting the transition and handover of the Office’s workload.

As I stated many times before, the Court today stands at a cross-roads in several concurrent situations, where the basis to proceed is legally and factually clear, but the operational means to do so are severely lacking. It is a situation that requires not only prioritization by the Office, which is constantly being undertaken, but also open and frank discussions with the Assembly of States Parties, and other stakeholders of the Rome Statute system, on the real resource needs of the Court that will allow it effectively to execute its statutory mandate. There is a serious mismatch between situations where the Rome Statute demands action by the Prosecutor and the resources made available to the Office. As the end of my term approaches, I reiterate my call for a broader strategic and operational reflection on the needs of the institution, and what it is intended to achieve – in short, an honest reflection on our collective responsibility under the Rome Statute to advance the fight against impunity for atrocity crimes. The victims of these egregious crimes deserve nothing less.

The Office of the Prosecutor of the ICC conducts independent and impartial preliminary examinations, investigations and prosecutions of the crime of genocide, crimes against humanity, war crimes and the crime of aggression. Since 2003, the Office has been conducting investigations in multiple situations within the ICC’s jurisdiction, namely in Uganda; the Democratic Republic of the Congo; Darfur, Sudan; the Central African Republic (two distinct situations); Kenya; Libya; Côte d’Ivoire; Mali; Georgia, Burundi; Bangladesh/Myanmar, Afghanistan (subject to a pending article 18 deferral request) and Palestine. The Office is also currently conducting preliminary examinations relating to the situations in Bolivia; Colombia; Guinea; Venezuela I; and Venezuela II; and has completed its preliminary examinations of the situations in Ukraine and Nigeria, which are pending requests to seek authorisation to proceed to investigation.

For further details on “preliminary examinations” and “situations and cases” before the Court, click here, and here.

Source: Office of the Prosecutor | OTPNewsDesk@icc-cpi.int

Déclaration: 14.06.2021

Déclaration du Procureur, Mme Fatou Bensouda, au sujet de sa demande d’ouverture d’une enquête sur la situation aux Philippines

Capture1 PNG

Aujourd’hui, j’annonce la conclusion de l’examen préliminaire de la situation en République des Philippines (les « Philippines »), au terme duquel j’ai demandé aux juges de la Cour l’autorisation d’ouvrir une enquête.

Ainsi que je l’ai déclaré en décembre 2019 lors de la session annuelle de l’Assemblée des États parties, avant de quitter mes fonctions de Procureur de la Cour pénale internationale (la « CPI » ou la « Cour »), j’ai l’intention de parvenir à une décision dans l’ensemble des situations ayant fait l’objet d’un examen préliminaire au cours de mon mandat, dans la mesure du possible et conformément aux obligations qui m’incombent en vertu du Statut de Rome. À cette occasion, j’avais également indiqué que plusieurs examens préliminaires donneraient très vraisemblablement lieu à l’ouverture d’une enquête.

La situation aux Philippines fait l’objet d’un examen préliminaire depuis le 8 février 2018. Pendant cette période, mon Bureau s’est attaché à analyser un volume important d’informations accessibles au public et de renseignements qui nous ont été communiqués au titre de l’article 15 du Statut. Au terme de cette analyse, j’ai déterminé qu’il existait une base raisonnable permettant de croire que le crime contre l’humanité de meurtre avait été commis sur le territoire des Philippines entre le 1er juillet 2016 et le 16 mars 2019, dans le cadre de la campagne dite de « guerre contre la drogue » menée par le Gouvernement philippin. Le Bureau ne prend pas position sur les politiques et initiatives internes menées, dans le respect de la loi et de manière régulière, par les gouvernements, quels qu’ils soient, afin de lutter contre la production, la distribution et la consommation de substances psychoactives et, dans le cas présent, il agit en parfaite conformité avec son mandat spécifique et clairement défini ainsi que ses obligations en vertu du Statut de Rome. Au terme d’un examen préliminaire approfondi, il ressort des informations disponibles que des fonctionnaires de la police nationale philippine, et d’autres personnes agissant de concert avec eux, auraient illégalement tué plusieurs milliers, voire des dizaines de milliers de civils pendant cette période. Mon Bureau a également passé en revue des informations portant sur des allégations de torture et d’autres actes inhumains, ainsi que sur des événements connexes survenus dès le 1er novembre 2011, date à laquelle la Cour a commencé à exercer sa compétence à l’égard des Philippines. Nous estimons que toutes ces allégations justifient la tenue d’une enquête.

Conscients des défis opérationnels majeurs auxquels sera confronté le Bureau si la Chambre préliminaire autorise l’ouverture d’une enquête, nous avons également pris un certain nombre de mesures afin de recueillir et de préserver des éléments de preuve, en prévision d’une éventuelle enquête. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre des pouvoirs dévolus au Procureur par le Statut de Rome au stade de l’examen préliminaire et, lorsqu’il y avait lieu, nous avons demandé et reçu l’autorisation des juges pour ce faire. En effet, depuis quelques années, les Chambres préliminaires de la Cour insistent de plus en plus sur l’importance pour la Cour d’user pleinement des pouvoirs dont elle dispose pour préserver les éléments de preuve et protéger les personnes en danger, avant l’ouverture d’une enquête. Nous avons agi avec diligence, en conformité avec ces orientations.

Le 12 avril 2021, sur la base de cette conclusion, et après mise en œuvre de ces mesures dont certaines ont été retardées par la pandémie mondiale, j’ai fait savoir à la Présidence que j’avais l’intention de présenter au titre de l’article 15 du Statut une requête, que j’ai déposée le 24 mai 2021. Aujourd’hui, j’ai déposé une version publique expurgée de cette requête, par souci de transparence, de même que pour en informer les victimes, ainsi que le prévoit la règle 50-1 du Règlement de procédure et de preuve de la Cour.

Malgré le retrait des Philippines du Statut de Rome de la CPI qui a pris effet le 17 mars 2019, et à l’instar de ce qu’elle avait déterminé dans le contexte de la situation au Burundi, la Cour continue d’exercer sa compétence sur les crimes qui auraient été commis sur le territoire des Philippines pendant la période au cours de laquelle ce pays était partie au Statut de Rome. De plus, ces crimes sont imprescriptibles.

Mon mandat en qualité de Procureur prendra bientôt fin. La responsabilité de l’enquête sur la situation aux Philippines, si elle est autorisée, incombera à mon successeur hautement qualifié, M. Karim Khan. À cet égard, et sous sa direction, il est clair que le Bureau devra déterminer la façon dont il fixera les priorités dans cette enquête à la lumière des difficultés liées aux opérations auxquelles il est confronté en raison de la pandémie actuelle, du manque cruel de ressources à la disposition de la CPI et de sa lourde charge de travail. Ces facteurs ont d’ailleurs été l’un des points clés abordés au cours des échanges que j’ai pu avoir avec mon successeur au sujet de la transition et du transfert de la charge de travail du Bureau.

Comme je l’ai affirmé à de nombreuses reprises par le passé, la Cour est aujourd’hui à la croisée des chemins dans plusieurs situations dont elle est saisie pour lesquelles il existe clairement des fondements juridiques et factuels justifiant l’ouverture d’une enquête, mais où les moyens opérationnels pour mener à bien ces enquêtes manquent cruellement. Cet état de fait exige non seulement des efforts de hiérarchisation des priorités de la part du Bureau, que nous continuons de déployer, mais aussi l’ouverture de franches discussions avec l’Assemblée des États parties, et d’autres parties prenantes du système mis en place par le Statut de Rome, afin d’évaluer les véritables besoins en ressources de la Cour pour pouvoir remplir efficacement son mandat. Le Bureau est actuellement confronté à une inadéquation criante entre les situations pour lesquelles le Procureur est tenu d’agir conformément au Statut de Rome et les ressources dont il dispose pour ce faire. Alors que mon mandat touche à sa fin, je réitère la nécessité d’engager une large réflexion du point de vue stratégique et opérationnel sur les besoins de l’institution et l’objectif qu’elle cherche à atteindre – en résumé une réflexion honnête sur les responsabilités collectives qui nous incombent en vertu du Statut de Rome afin de faire progresser la lutte contre l’impunité pour les crimes atroces. Les victimes de ces crimes odieux n’en méritent pas moins.

Le Bureau du Procureur de la CPI mène des examens préliminaires, des enquêtes et des poursuites à propos du crime de génocide, des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et du crime d’agression, en toute impartialité et en toute indépendance. Depuis 2003, le Bureau enquête sur plusieurs situations relevant de la compétence de la CPI, notamment en Afghanistan (demande de sursis à enquêter présentée au titre de l’article 18 en suspens), au Bangladesh/Myanmar, au Burundi, en Côte d’Ivoire, au Darfour (Soudan), en Géorgie, au Kenya, en Libye, au Mali, en Ouganda, en République centrafricaine (deux situations distinctes), en République démocratique du Congo et en Palestine. Le Bureau conduit également des examens préliminaires à propos des situations en Bolivie, en Colombie, en Guinée, au Venezuela I et au Venezuela II et en a récemment achevé deux autres portant sur les situations au Nigéria et en Ukraine (dans l’attente de demandes d’autorisation d’ouvrir une enquête).

Pour en savoir plus sur les « examens préliminaires » et les « situations et affaires » portées devant la Cour, veuillez cliquer ici et ici.