Ntaganda case: ICC Appeals Chamber confirms conviction and sentencing decisions

SUBSCRIBE on Youtube:

The Appeals Chamber of the International Criminal Court (“ICC” or “Court”) delivered its judgments on 30 March 2021, confirming, by majority, the decision of Trial Chamber VI (“Trial Chamber”) of 8 July 2019, which found Bosco Ntaganda guilty of 18 counts of war crimes and crimes against humanity, committed in Ituri, Democratic Republic of the Congo, in 2002-2003. Furthermore, the Appeals Chamber unanimously confirmed the Trial Chamber’s decision of 7 November 2019, by which Mr Ntaganda was sentenced to a total of 30 years of imprisonment. The conviction and the sentence are now final.

Mr Ntaganda and the Prosecutor had appealed the verdict and Mr Ntaganda appealed the sentencing judgment. In today’s hearing, Judge Howard Morrison, Presiding Judge in these appeals, read a summary of the judgments in open court in the presence of Mr Ntaganda. Due to the COVID-19 restrictions the judgment was delivered on a partially virtual basis, with participation either from the seat of the Court, or from separate locations outside the Court.

The Appeals Chamber found that Mr Ntaganda did not demonstrate that his right to a fair trial was violated and also determined that, in convicting Mr Ntaganda, the Trial Chamber did not exceed the facts and circumstances described in the charges. The Appeals Chamber also rejected his challenge to the Trial Chamber’s finding that the crimes for which he was found to be criminally responsible were part of an attack directed against a civilian population pursuant to, or in furtherance of, an organisational policy. It further rejected Mr Ntaganda’s challenge to the Trial Chamber’s findings on indirect co-perpetration. The Appeals Chamber also found that the Trial Chamber provided a reasonable assessment of the evidence regarding Mr Ntaganda’s knowledge and intent of the crimes of rape and sexual enslavement of individuals under the age of 15, the recruitment, conscription and use of individuals under the age of 15 in hostilities and in relation to the remaining crimes. The Appeals Chamber also rejected the Prosecutor’s grounds of appeal on the interpretation of the term ‘attack’ in article 8(2)(e)(iv) of the Rome Statute.

In relation to the appeal against the sentence imposed, the Appeals Chamber rejected Mr Ntaganda’s challenge to the Trial Chamber’s assessment of his degree of participation in and knowledge of the crimes, including the crime of sexual enslavement and rape of civilians. Likewise, Mr Ntaganda’s challenges to the Trial Chamber’s assessment of alleged aggravating circumstances (related to the crime of intentionally directing attacks against civilians) and mitigating circumstances (including the suffering and discrimination that he had endured as a result of his experience in the Rwandan genocide) were also rejected. Notably, with regard to the latter, the Appeals Chamber found that Mr Ntaganda’s personal experience in the Rwandan genocide could not diminish his culpability given his criminal conduct and the gravity of the crimes for which he was convicted.

ICC Judge Howard Morrison, Presiding Judge in these appeals, reading the summary of the Appeals judgments on the verdict and sentence in the Ntaganda case ©ICC-CPI

The Appeals Chamber in these appeals was composed of Presiding Judge Howard Morrison, Judge Piotr Hofmański, Judge Luz del Carmen Ibáñez Carranza, Judge Solomy Balungi Bossa and Judge Chile Eboe-Osuji. Separate opinions were appended to the Appeals Chamber’s Judgments. In their opinions, Judges Hofmański, Morrison, Eboe-Osuji and Bossa discuss the meaning of ‘attack’ in article 8(2)(e)(iv) of the Statute. In his opinion, Judge Morrison discusses indirect co-perpetration. In her opinion, Judge Ibáñez discusses the contextual elements of crimes against humanity, in particular, the requirement of a State or organisational policy to commit a widespread or systematic attack against any civilian population, and indirect co-perpetration as a mode of liability enshrined in article 25(3)(a) of the Statute. Finally, in his opinion, Judge Eboe-Osuji discusses the use of prior recorded statements, indirect co-perpetration and the legal interpretation of a State or organisational policy to commit an attack directed against any civilian population.

Questions and Answers on the Appeals judgmentsEnglish; French

Audio-visual materials:

Photographs of the hearings

Full hearing:

Background: The trial of Mr Ntaganda opened on 2 September 2015. On 8 July 2019, ICC Trial Chamber VI found Bosco Ntaganda guilty of 18 counts of war crimes and crimes against humanity, committed in Ituri, DRC, in 2002-2003 namely the following crimes against humanity: murder and attempted murder, rape, sexual slavery, persecution, forcible transfer and deportation ; and the following war crimes: murder and attempted murder, intentionally directing attacks against civilians, rape, sexual slavery, ordering the displacement of the civilian population, conscripting and enlisting children under the age of 15 years into an armed group and using them to participate actively in hostilities, intentionally directing attacks against protected objects, and destroying the adversary’s property. On 7 November 2019, he was sentenced to a total of 30 years of imprisonment. On 8 March 2021, Trial Chamber VI delivered its Order on Reparations to victims against Mr Ntaganda, to be made through the Trust Fund for Victims.

For further information on this case, please click here.


For further information, please contact Fadi El Abdallah, Spokesperson and Head of Public Affairs Unit, International Criminal Court, by telephone at: +31 (0)70 515-9152 or +31 (0)6 46448938 or by e-mail at: fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

You can also follow the Court’s activities on TwitterFacebookTumblrYouTubeInstagram and Flickr


Communiqué de presse : 30 mars 2021

Affaire Ntaganda : la Chambre d’appel de la CPI confirme la condamnation et la peine

Bosco Ntaganda lors de l’audience tenue à la Cour pénale internationale le 30 mars 2021 pour le prononcé des arrêts en appel sur le verdict et la peine © ICC-CPI

Aujourd’hui, le 30 mars 2021, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a rendu ses arrêts confirmant, à la majorité, la décision de la Chambre de première instance VI (« Chambre de première instance ») du 8 juillet 2019 déclarant Bosco Ntaganda coupable de 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, commis en Ituri, en République démocratique du Congo, en 2002-2003. En outre, la Chambre d’appel a confirmé, à l’unanimité, la décision de la Chambre de première instance du 7 novembre 2019 ayant condamné M. Ntaganda à un total de 30 ans d’emprisonnement. Le verdict et la peine sont désormais définitifs.

M. Ntaganda et le Procureur avaient fait appel du verdict et M. Ntaganda avait fait appel du jugement sur la peine. Lors de l’audience d’aujourd’hui, le juge Howard Morrison, juge président dans ces appels, a lu un résumé des arrêts en audience publique en présence de M. Ntaganda. En raison des restrictions liées au COVID-19, l’arrêt a été prononcé lors d’une audience partiellement virtuelle, avec la participation soit depuis le siège de la Cour soit en dehors de la Cour.

La Chambre d’appel a conclu que M. Ntaganda n’avait pas démontré que son droit à un procès équitable avait été violé et a également conclu qu’en condamnant M. Ntaganda, la Chambre de première instance n’avait pas excédé les faits et circonstances décrits dans les charges. La Chambre d’appel a également rejeté sa contestation de la conclusion de la Chambre de première instance selon laquelle les crimes pour lesquels il avait été jugé pénalement responsable faisaient partie d’une attaque lancée à l’encontre d’une population civile, en application ou dans la poursuite de la politique d’une organisation. Elle a en outre rejeté la contestation par M. Ntaganda des conclusions de la Chambre de première instance sur la co-perpétration indirecte. La Chambre d’appel a également conclu que la Chambre de première instance avait fourni une évaluation raisonnable des éléments de preuve concernant la connaissance et l’intention de M. Ntaganda des crimes de viol et d’esclavage sexuel d’individus de moins de 15 ans, d’enrôlement et de conscription d’enfants de moins de 15 ans et de leur utilisation pour les faire participer activement à des hostilités, et en relation avec les crimes restants. La Chambre d’appel a également rejeté les moyens d’appel du Procureur concernant l’interprétation du terme « attaque » figurant à l’article 8-2- e- iv du Statut de Rome.

Concernant l’appel contre la peine, la Chambre d’appel a rejeté la contestation par M. Ntaganda de l’évaluation par la Chambre de première instance de son degré de participation et de connaissance des crimes, y compris le crime d’esclavage sexuel et de viol de civils. De même, les contestations de M. Ntaganda à l’égard de l’appréciation par la Chambre de première instance des circonstances aggravantes présumées (liées au crime de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile) et des circonstances atténuantes (y compris les souffrances et la discrimination qu’il a subies du fait de son expérience du génocide rwandais) ont également été rejetées. En particulier, en ce qui concerne cette dernière, la Chambre d’appel a estimé que l’expérience personnelle de M. Ntaganda dans le génocide rwandais ne pouvait pas diminuer sa culpabilité compte tenu de son comportement criminel et de la gravité des crimes pour lesquels il a été condamné.

Le juge de la CPI Howard Morrison, juge président dans ces appels, lisant le résumé des arrêts en appel sur le verdict et la peine dans l’affaire Ntaganda ©ICC-CPI

La Chambre d’appel dans ces appels était composée du juge président Howard Morrison, du juge Piotr Hofmański, de la juge Luz del Carmen Ibáñez Carranza, de la juge Solomy Balungi Bossa et du juge Chile Eboe-Osuji. Des opinions séparées ont été jointes aux arrêts de la Chambre d’appel. Dans leurs opinions, les juges Hofmański, Morrison, Eboe-Osuji et Bossa discutent la signification du terme « attaque » au sens de l’article 8-2-e-iv du Statut. Dans son opinion, le juge Morrison discute de la co-perpétration indirecte. Dans son opinion, la juge Ibáñez examine les éléments contextuels des crimes contre l’humanité, en particulier l’exigence d’une politique d’un État ou d’une organisation de commettre une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile, et la co-perpétration indirecte en tant que mode de responsabilité inscrit dans l’article 25-3-a du Statut. Enfin, dans son opinion, le juge Eboe-Osuji discute de l’utilisation de déclarations enregistrées antérieurement, de la co-perpétration indirecte et de l’interprétation juridique d’un État ou d’une organisation pour commettre une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile.

Questions et réponses sur les arrêts en appel : anglais ; français

Documents audiovisuels :

Photographies de l’audience

Audience complète :

Contexte: Le procès de M. Ntaganda s’est ouvert le 2 septembre 2015.Le 8 juillet 2019, la Chambre de première instance VI de la CPI a déclaré Bosco Ntaganda coupable de 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, commis en Ituri, RDC, en 2002-2003, à savoir, des crimes contre l’humanité suivants : meurtre et tentative de meurtre, viol, esclavage sexuel, persécution, transfert forcé de population et déportation ; et de crimes de guerre suivants : meurtre et tentative de meurtre, le fait de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile, viol, esclavage sexuel, le fait d’ordonner le déplacement de la population civile, enrôlement et conscription d’enfants de moins de 15 ans et leur utilisation pour les faire participer activement à des hostilités, attaques contre des biens protégés, et destruction de biens appartenant à l’adversaire. Le 7 novembre 2019, il a été condamné à une peine totale de 30 ans d’emprisonnement.

Le 8 mars 2021, la Chambre de première instance VI a rendu son ordonnance de réparation aux victimes à l’encontre de M. Ntaganda, qui sera mise en œuvre par le biais du Fonds au profit des victimes.

Pour plus d’information sur cette affaire, veuillez cliquer ici.


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l’Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, au +31 (0)70 515-9152 ou +31 (0)6 46448938 ou à l’adresse fadi.el-abdallah@icc-cpi.int.

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur TwitterFacebookTumblrYouTubeInstagram et Flickr